Un automne à Glasgow #3 : Les clichés sur l’Écosse

On a tou·te·s en tête, lorsqu’on pense à un pays étranger, des idées préconçues sur ses habitant·e·s, son climat… Par exemple, les français·es mangent des grenouilles, les anglais·es ne boivent que du thé… Pour le premier, en tant que français·e on sait que non, on ne mange pas des cuisses de grenouilles tous les jours. D’ailleurs, j’ai jamais trop compris pourquoi on en était dégouté·e·s, ça a le même goût que le poulet. Les anglais·es ne boivent que du thé ? Une image qui n’est pas fausses mais que les statistiques tentent à réfuter. En effet, la boisson chaude la plus consommée en Angleterre ne serait pas le thé mais bien le café.

Quand je suis arrivée en Écosse il y a deux mois, j’avais des apriori sur le pays, les gens, la langue, la météo… Et avec le temps, je me suis rendu compte de la véracité – ou non – de ces apriori.

Voici ce qu’il en est de la réalité des clichés que l’on a sur l’Écosse et ses habitant·e·s…

1) En Écosse, il pleut tout le temps

Faux. Bien sûr, la situation géographique de l’Écosse n’en fait pas un pays au climat tropical, il ne faut pas pousser mémé dans les orties. Pourtant, j’ai traversé la moitié de l’automne écossais à l’heure où j’écris cet article et il n’a pas plus plu qu’ailleurs. J’ai vécu à Paris, en Bretagne, à Poitiers, qui ne sont pas des endroits réputés pour leur ensoleillement. Et j’ai eu un automne plus pourri l’an dernier à Poitiers que celui que j’ai en Écosse cette année.

Il y a des journées entières de pluie, comme on en a en France et c’est vrai qu’avec le temps qui change très vite, les journées où la pluie est totalement absente sont rares. pourtant, je n’ai pas à me plaindre, moi qui aime la pluie autant qu’un Hobbit aime louper son deuxième petit déjeuner, c’est à dire pas vraiment.

En ce qui concerne les températures, c’est vrai qu’il fait plus frais qu’en France – quoique maintenant ça doit se valoir. Le soucis ici, c’est surtout le vent. On est a seulement 40kms de la mer, près de la Clyde River alors le vent est très présent et souvent, on sent bien l’effet kisskool.

J’ai pourtant vu de belles journées ensoleillées, je me suis baladée sur le campus au milieu des fueilles mortes et des arbres rouges et or… J’aime l’automne et l’Écosse me le rend bien.

Une rue de la banlieue de Glasgow sous le soleil
Une rue de la banlieue de Glasgow sous le soleil

2) Les écossais·es ont un accent terrible

Vrai. Lorsque je disais à mon entourage que j’allais partir en Erasmus à Glasgow, iels me disaient tou·te·s après « hey mais il pleut là-bas », « oula, l’accent écossais, tu vas souffrir. »

Soyons clair·e·s, je ne le nierai pas. Il y a des moments où le roulage des R et la différences de prononciations de certains phonèmes me piquent les tympans – fichu dialecte rhotiques – et me donne envie de dire à mon interlocuteur : « c’est pas faux. » Je me suis une fois retrouvée à acheter des beignets dans un magasin sans savoir s’ils étaient au jambon ou à la confiture lorsque j’ai demandé à la vendeuse. Il faut avouer que ça n’est pas pareil…

Le truc sympa aussi, c’est quand vous demander des informations sur un lieu dont le nom est d’origine Scott et ou Gaélique. Vous, vous tentez de le prononcer avec votre pauvre accent moisi et il vous faut le répéter trois fois car la personne en face bitte rien. Exemple, dans le centre ville de Glasgow, il ya une station de métro qui s’appelle « St Enoch. Je me suis dit que ça devait se prononcer « Enok »… Et quand j’ai demandé à quelqu’un dans la rue
« Please, would you help me, I’m looking for St Enoch subway station », le type m’a regardé cheloument. « What ya mean? » « St Enok… Enoch? » « Ah, St Enorrrrr! » et encore, je ne connais pas le symbol phonétique pour ce son là… car figurez-vous que le « ch » en gaélique est un son qui se rapproche de la jota espagnol. Oui, vous savez ce son où l’on doit faire comme si on voulait cracher sur son interlocuteurice..

.

Malgré ce déconvenu occasionnel de compréhension, j’aime vraiment l’accent écossais, c’est chou !


C’est un peu exagéré mais à mourir de rire…


Parce que je suis fan de David Tennant et que cette vidéo est à mourir de rire.

3) Tous les écossais portent des kilts

Faux, même si vous vous en doutiez sûrement. Moi qui m’attendais, en arrivant, à tomber sur une armée de roux en kilt, j’ai été bien déçue. Quoi, ma vision de l’Écosse était caricaturale ? Mais non tss. Bien sûr, ça arrive qu’on voit des gens se balader en kilt dans la rue. Il y en a même qui jouent de la corne muse. Un soir, je me baladais sur George Square dans le city centre, c’était plutôt calme, une pluie fine tombait et au loin, j’ai entendu une corne-muse. Typique mais magique.

Le kilt est l’un des symbols de l’écosse. Remis au goût du jour par Walter Scott au XIXème siècle quand il est parti dans sa quête de traditions oubliées des Highlands. On pense tou·te·s que les mecs en Écosse se trimballent en jupe. Il y en a mais ce n’est pas la majorité… Personellement, je trouve ça classe, le kilt. Je pense même m’en acheter un pour tout dire.

J’ai juste un truc qui me bloque quand même… La semaine dernière, on a croisé tout un groupe de jeunes habillés en kilt, sûrement l’uniforme d’une école quelconque. Il faisait 3 degrés, il pleuvait et il y avait un vent à décorner les highlanscaws… En vrai, les mecs, ils se gèlent pas carrément les miquettes là-dessous ? Et oui, je pose les VRAIES questions, je sais.

4) Les écossais·es mangent de la panse de brebis marinée dans la
menthe et boivent du whisky comme du petit lait

Faux parce qu’iels n’en mangent pas tous les jours, vrai parce que c’est quand même les spécialités locales. Voici comment Wikipédia – je sais, source très fiable mais on fait avec hein – dit sur la recette du Haggis :

« Il existe de nombreuses recettes, mais il se compose généralement d’abats de mouton (poumons, foie, cœur) d’oignon, d’avoine, de graisse de rognon de mouton, d’épices et de sel. Traditionnellement, cette préparation est enfermée dans une panse de mouton et cuite pendant quelques heures de cette manière, faisant ainsi ressembler le haggis à une sorte de ballon dans une poche. »

Avouez, vous en salivez d’avance ! Bon, déjà ce n’est pas mariné dans la menthe… En arrivant, je me suis dit que jamais je pourrais en manger. Non mais c’est vrai, faut avouer que ça donne pas trop envie. Bon après, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et étant un être doté d’une intelligence supérieure – pardon, une minute, je m’étouffe avec ma modestie – j’ai tenté le Haggis. Bon, en fait, j’ai un peu triché car je l’ai mangé farci dans du poulet mais figurez-vous que… C’est carrément bon ! C’est bien épicé, ça a du goût, c’est pas tout flasque comme on pourrait s’y attendre avec les abbats de mouton… Non, franchement, si vous venez un jour par ici, give it a try! Une autre spécialité à découvrir que j’ai personnellement adoré : le blackpudding. Je vous laisse découvrir de quoi il s’agit…

En ce qui concerne le whisky, il est indéniable qu’il occupe une grande place dans la culture écossaise mais, non, les écossais·es ne sont pas beurré·e·s comme des Petits Lu du matin au soir. Il est vrai pourtant que le whisky est une base de l’économie et de l’exportation de l’Ecosse. Quant à sa surconsommation par les habitant·e·s… Pour être honnête je n’ai rien pour le confirmer ou l’infirmer mais j’imagine que c’est comme partout.

5) Les écossais·es sont chaleureux·ses et accueillant·e·s

Vrai, triplement vrai. Depuis que je suis arrivée à Glasgow, que ce soit dans les gens que j’ai rencontré ou les personnes que je ne fais que croiser dans la rue, le métro, à la fac, il y a toujours quelqu’un pour aider. Iels sont gentil·le·s, super ouvert·e·s et chaleureux·ses et soupoudrez ça d’un accent à la Billy Boyd et vous avez la cuteness à l’état pur. Quand je vois autant de gens gentils comme ça, j’ai envie de leur faire des câlins et des bisous.

Alors si vous venez en Écosse et que vous prenez le temps de parler avec les gens, vous ne serez pas déçu·e !

Laisser un commentaire