Un automne à Glasgow #6 : un tour autour de l’Écosse

« I’m fiercely proud to be Scottish. »
{Ewan McGregor}

Alors que les examens étaient désormais terminés et qu’il nous restait encore dix jours à passer en Ecosse avant de rentrer en France, nous avons décidé de nous payer un tour pour visiter un peu. Parce que le semestre Erasmus, c’est bien mais visiter le pays où l’on a vécu pendant quatre mois, c’est mieux. Avant ce tour, je n’étais allée qu’à Édimbourg, plusieurs fois certes mais bon et à Largs, une petite ville côtière à une trentaine de kilomètres de Glasgow que j’ai trouvé très mignone et qui m’a un peu rappelé St-Palais-sur Mer, sans le côté bétonné.

Du coup, nous avons réservé un tour sur Internet pour le samedi toute la journée et le samedi matin à 8h, après avoir couru, nous sommes arrivées au point de rendez-vous sur George Square dans le centre de Glasgow. Mettre son réveil un samedi à 6h, ça pique.

Là, nous avons découvert que le tour ne se ferait pas en bus mais dans une sorte de van et qu’hormis deux autres personnes et notre guide, il n’y avait que nous. Notre guide est tout de suite apparu très sympathique et nous sommes ensuite montés en voiture.

La première étape de notre voyage était le Loch Lomond, qui se situe au Sud des Highlands. Nous sommes partis tôt, il faisait donc encore nuit. Notre guide, Charlie, a alors commencé à nous raconter l’histoire de Glasgow, des endroits devant lesquels nous passions. Ses interventions étaient entrecoupées de chansons écossaises dont il nous racontait l’histoire à chaque fois.

Nous avons roulé pendant plusieurs kilomètres avant d’arriver dans une forêt sombre. Là, Charlie nous a expliqué que ces bois étaient hantés par le fantome d’une petite fille qui y avait disparu… Charmant. Nous commençions à arriver dans un paysage plus vallonné, signe que nous étions bien sur la route des Highlands.

Notre premier arrêt s’est fait dans une auberge assez… et bien, je dirais… typique , Avec des animaux empaillés un peu partout c’était… well, original. Mais bon, le personnel était super gentil et en plus, ils avaient du café, je n’en demande pas plus ! On a bu notre gobelet fumant en marchant autour de l’auberge, préférant le paysage de cascade et de collines aux animaux empaillés…

Nous sommes ensuite repartis direction le Loch Lomond, cette fois. Ah et j’ai oublié de mentionné qu’il a plus toute la journée, aussi. Cela dit, ça n’enlevait pas à la beauté du paysage ! Le Loch Lomond était maintenant en vue, un truc gigantesque si bien que ça explose les statistiques standards d’un lac…

Ensuite, nous avons repris le van pour monter encore plus haut, dans la neige, les montagnes et les lochs jelés. Ce paysage avec toute cette brume et le fond sonore des musiques écossaises de Charlie, c’était magique. Même moi qui ne voyais pas le paysage, je le ressentais. L’air était vif et pur et il y avait quelque chose de magique dans l’atmosphère, de mystérieux et de mystique à la fois… C’est dur à expliquer.

Pour le déjeuner, nous sommes aller jusqu’à For William où nous avons pu acheter quelques souvenirs. Tout au long du trajet, Charlie continuait à nous raconter des anegdotes sur les endroits où nous passions, leur histoire, les légendes qui les entourent… Nous avons reconnu des points de nos cours de litérature et de civilisation, comme quoi les études ça n’est pas inutiles !

Après Fort William, nous avons filé vers le Loch ness. Nous avions bien deux heures de routes et là encore nous avons découvert les paysages, les histoires de ces lieux et toujours des musiques pour continuer à être plongés dans l’ambiance.

Nous sommes ensuite arrivés au Loch Ness et dîtes vous bien que ce machin fait 23 miles de long, environ 35kms (approximatif, je suis pas très douée en conversion.) On a dû remonter tout le Loch pour aller à notre point d’arrivée puisqu’on avait aussi payé pour faire un tour de bâteau sur le lac. Charlie nous a raconté l’histoire du Loch mais surtout de Nessie, dont la première mention remonte au VIème siècle et à la légende de St Colomban. Aujourd’hui, la réputation du monstre du Loch ness n’est plus à faire, des millions de touristes viennent chaque année en espérant apercevoir Nessie. Elle ne s’est pas pointé lorsqu’on a fait notre tour de bâteau mais, hey, faut la comprendre, ça doit la lourder tous ces baignassouts. Quoique je suis pas sûr qu’en écossais on dise baignassouts…

Tout au long de notre voyage en bâteau sur le loch, on a eu des explications sur son histoire, les bébêtes qui y vivent, la faune, la flore… Là aussi, c’était très intéressan, même si j’avoue que les musiques étaient moins bien que celles de Charlie et puis qu’en plus, y avait vraiment trop de monde qui arrêtaient pas de causer alors que moi je voulais écouter ce que disais la dame. So uncivilised. On a également vu les ruines d’un château au milieu du lac, c’était mystique et typique, j’ai adoré l’ambiance autour de nous là aussi.

Suite à cela, il était déjà trois heures de l’après-midi et il restait à peine une heure et demie avant que la nuit ne tombe. Charlie nous a alors amené à Inverness pour qu’on puisse le voir avant la nuit et même si on ne s’y est pas attardé, ça a eu l’air d’une ville vraiment très chouette. Après ça, il nous restait près de deux heures de routes pour rentrer à Glasgow et la nuit est tombée alors on a repris la route.

Et c’est dans la nuit d’Ecosse, laissant derrière nous les Highlands disparaître dans la brume, au son des chants en gaélique, les essui-glaces balayant la pluie que nous sommes repartis vers la plaine où Glasgow nous attendait pour nos derniers jours écossais…

Laisser un commentaire