Écriture : mes bonnes résolutions 2018

Un livre avec une tasse de café, un bloc note et un stylo

Après deux semaines plutôt calmes niveau publications sur le blog, je reviens aujourd’hui avec un article sur l’écriture. Si faire une liste de bonnes résolutions en février peut donner l’impression que je suis (un peu) en retard, c’était pour moi une bonne façon de reprendre les billets dans la écriture, peu fournie jusque-là.

Voici donc les bonnes résolutions pour l’écriture que j’ai pris pour cette année 2018 !

Prendre le temps d’écrire

Cela peut paraître tout bête, mais en faisant la liste de mes projets, je me suis rendue compte que je ne me prenais pas vraiment au sérieux, côté écriture, et que donc je faisais passer la rédaction de mon roman au second plan.

En me posant la question de ce que je voulais vraiment faire dans ma vie (oui j’ai ce genre de crise existencielle environ trois fois par an), j’ai réalisé que raconter des histoires, les partager avec d’autres gens était l’une des choses les plus importantes pour moi. Ces dernières années, j’ai beaucoup fait passer mes études et mon travail avant tout, ainsi que ma santé après le passage difficile que j’ai traversé cette dernière année. Et si le but de 2018 n’est pas de négliger ces aspects de ma vie, j’ai commencé à vraiment me dégager du temps pour écrire.

Comment cela se traduit, concrètement ?

vieille-machine-a-ecrire-sur-un-ordinateur-de-bureau-avec-des-roses-blanches
Crédit image : Freepik

Étant (un peu) une amoureuse de l’organisation, j’ai tendance à faire des planning précis pour mes journées. Partager mon temps entre mes proches, le travail, le blog, le roman et les loisirs (la lecture et la musique principalement) n’est pas toujours facile, m’organiser est donc le meilleur moyen de ne négliger aucun de ses aspects. Pour être tout à fait honnête et transparente avec vous, il y a des périodes ou garder un tel rythme d’organisation n’est pas facile, et parfois il peut se passer des semaines sans que je fasse de planning ; par manque d’énergie, surtout.

Pour ce qui est de l’écriture, depuis début janvier, j’ai pris le pli d’écrire entre 30 minutes et une heure et demie par jour. Au départ, je faisais ça en soirée, après la journée de travail et/ou de blogging, après le repas, je me posais sur mon canapé et je me mettais à écrire. J’ai récemment remarqué que cela ne me convenait pas vraiment, car le soir je suis souvent trop fatiguée et plus apte à passer une soirée tranquile, à lire ou à regarder des séries. Du coup, je tente de me dégager ce temps en journée, transformant l’écriture en une tâche du quotidien, comme la routine du matin ou du soir, la préparation des repas et le travail.

C’est ma manière personnelle de fonctionner, mais il y en a des tas d’autres qui vous correspondront sûrement davantage. Ce que je peux affirmer, c’est que depuis que je m’abstiens à cette heure (en moyenne) quotidienne d’écriture, mon roman avance beaucoup plus vite (déjà cinq chapitres d’écrits en six semaines.)

Être moins perfectionniste

Ça peut paraître étrange comme résolution, parce que le perfectionnisme est, la plupart du temps, perçu comme une bonne chose. Toutefois, quand il est question de l’écriture et moi, ça n’est pas toujours le cas.

Comme je l’expliquais dans mon premier article sur l’écriture, j’ai tendance à passer beaucoup de temps sur le développement de mes histoires. Que ça soit l’élaboration des personnages, le déroulement de l’intrigue, les recherches… ça peut littéralement me prendre des semaines. Et si, dans mon fonctionnement, je ne peux pas me lancer à l’improviste, j’ai conscience qu’il faut que j’apprenne à lâcher un peu la bride.

Ce perfectionnisme se voit surtout dans mon processus d’écriture, où je passe mon temps à lire et relire ce que j’ai déjà écrit. Et souvent, je ne change que des détails, ce qui n’est pas très constructif, vous en conviendrez. Du coup, le but de cette année c’est de me rentrer dans la tête que : le premier jet est un premier jet et que je reviendrai dessus une fois que j’aurais bien avancé – voire terminé – la première version. Je sais déjà qu’il y a des choses à modifier, des détails sur mes personnages qui ont changé depuis le début, par exemple. Mais ça n’est pas grave, j’harmoniserai tout à la seconde lecture et aussi avec l’aide de mes relecteurices, qui auront une vue d’ensemble de l’histoire si je leur fais tout relire d’un coup.

Bref, fini les 2 454 657 relectures, on écrit, on avance.

un livre ouvert dans un style vintage avec des fleurs blanches
Crédit image : Freepik

Avoir plus confiance en mon écriture

Ce point rejoindrait un peu le précédent, puisque ma manie à relire autant de fois mes chapitres vient également du fait que je n’ai pas confiance en moi, et cela sur plusieurs points. Si on parle précisément de l’histoire sur laquelle je travaille en ce moment, j’ai parfois l’impression que le ton humoristique n’y est pas, que ça ne fera rire que moi. Ou qu’il y a trop de références à la pop culture et que donc, ça ciblera trop une génération, une catégorie de gens et que ça ne plaira pas à tout le monde… sauf que, j’imagine, nos romans ne peuvent pas plaire à tout le monde tout court. Les goûts et les préférences sont très diverses, on ne peut donc pas satisfaire toutstes les lecteurices de la planète. Ce qui semble logique, finalement.

Une autre chose pour laquelle je doute beaucoup, concerne également l’humour, mais davantage d’un point de vue opressif. Mon premier roman est en réalité la réécriture d’une histoire que j’avais terminée en 2011, et si beaucoup de choses ont changé, le côté humoristique et comique est un aspect de l’écriture que j’ai toujours voulu conserver. Or, en relisant la première version de cette histoire, j’ai réalisé que mon humour de l’époque était finalement assez sexiste, parfois psychophobe. Le but n’est pas de flageller mon moi-autrice d’il y a six ans ; je n’étais pas du tout déconstruite sur ces sujets à l’époque, maintenant il faut juste que je change ces aspects de mon écriture.

Sauf qu’à trop vouloir être safe, je me mets beaucoup la pression. J’enlève des scènes entières parce que je ne sais pas comment m’en resservir sans que le sexisme, par exemple, fasse son apparition. Alors pour ça, j’ai décidé d’écrire le premier jet comme les choses me venaient, et de modifier tout ce qui ne va pas à la relecture. J’ai conscience que mon roman ne sera jamais totalement safe – peut-on vraiment l’être ? – mais je vais essayer de faire de mon mieux. Faire relire mon roman par des personnes extérieures mais aussi à des personnes concernées, comme je le ferai relire, si je peux, par des gens qui travaillent dans le milieu où se déroule mon histoire.

Moins de pression sur le premier jet, c’est assez libérateur.

Un livre avec une tasse de café, un bloc note et un stylo
Crédit image : Freepik

Finir le NaNoWriMo

Une dernière (petite) bonne résolution pour cette année : arriver au bout du NaNoWriMo. Je sais que le but de ce défi d’écriture n’est pas forcément d’arriver aux 50 000 mots requis, mais bien de consacrer un mois à l’écriture pour s’y (re)mettre, mais c’est un défi personnel que je souhaite relevé.

Depuis 2010, je n’ai atteint qu’une seule fois les 50 000 mots, principalement parce que je faisais ma préparation au NaNo en même temps que l’écriture… ce qui n’est pas du tout constructif. Du coup, le but de cette année, c’est de beaucoup mieux me préparer en ammont (dès Septembre si possible). Bien sûr, cette préparation dépendra du projet sur lequel je travaille. Si je suis toujours dans l’écriture de mon premier roman, et bien je le continuerais, si c’est une nouvelle histoire, je développerai tout ce que j’ai à développer avant le 1er novembre, histoire de ne faire qu’écrire une fois la date arrivée.


Voilà pour mes bonnes résolutions écriture de cette nouvelle année. Les avoir poser ici me permettra de me les rappeler (je trouve ça toujours plus concret quand c’est noté quelque part) et de m’y tenir. Bien sûr le but n’est pas que l’écriture devienne une corvée, mais je me dis qu’en me fixant des objectifs et des règles, cela m’aidera plus à avancer.

Et vous, avez vous pris des bonnes résolutions pour cette année, pour l’écriture, ou autre chose ?

Laisser un commentaire