Lettre ouverte à ‘l’automne

« Ce qu’il y a parfois de beau avec l’automne, c’est lorsque le matin se lève après une semaine de pluie, de vent et brouillard et que tout l’espace, brutalement, semble se gorger de soleil. »
{Victor-Lévy Beaulieu}

Photo d'arbres aux feuilles dans les tons de jaune et orange, de l'herbe et quelques personnes qui se promènent
Le Parc de Blossac (Poitiers) en automne

Cher automne,

Tu viens de te pointer par ici et ton arrivée n’a pas été très discrète, tu l’admettras. Cela fait plusieurs jours, depuis début Septembre, que tu t’es installé, doucement mais sûrement, avec tes jours pluvieux, tes soirées fraîches, l’odeur des feux de cheminée dans les rues et la couette que l’on remet sur notre lit la nuit. Avec tes nuages, ton vent frais et tes rayons de soleil encore chauds, malgré l’été qui s’en va.

Je t’aime beaucoup, tu sais. Nombreuses sont les personnes qui se plaignent de ta venue, parce que tu mets fin à la tiédeur des soirées d’été passées aux côté du barbecue et aux têtes que l’on piquait dans la piscine. Pourtant, tu as tant de choses à offrir. Bien sûr, il y a les classiques boissons à la citrouilles et aux épices qui envahissent tous les coffee shops et dont, personnellement, je rafole. Tu ramènes les légumes d’hiver, le potiron, les carottes et les marrons. Mais tu amènes aussi les poires, les tartes aux pommes et la canelle dont on abuse jamais trop.

Bon, il faut avouer que tu es un peu changeant quand tu t’y mets. Tu nous offres autant de belles journées que de la vieille météo moisie avec pluie, bruine, vent, brouillard, froid voire très froid, goutte au nez et oreilles gelées. Ça, c’est ton côté pas sympa, ton côté Novembre. Il y a peu de choses que je déteste plus que le mois de Novembre dans la vie, si ce n’est peut-être les pulls qui gratte, les oeufs durs et coder des documents dynamiques avec bootstrap. Novembre c’est long, triste, sombre, froid et chiant comme la pluie qui tombe quasiment en permanence. Ce n’est plus le temps pour tes jolies couleurs qui disparaissent avec le vent mais ce n’est pas encore le moment pour les paysages glacés et scintillants sous le soleil de l’hiver. Novembre, c’est comme Mars, ça fait du suspens sur le temps qu’il fait et ça te file un rhume carabiné.

C’est sans parler de ce qui fait ton charme, ces couleurs dans lesquelles tu déclines la nature dans un camaïeu d’ocre et d’or. Les journées de pluie passées chez soi à cocooner avec un bon thé, les moments plus ensoleillées où l’on savoure les feuilles mortes qui craquent sous nos pieds et cet odeur de feu de bois et de chataignes qui semblent toujours flotter dans l’air. Il y a cette mélancolie qui te suit toujours comme une fidèle compagne mais ma muse ne s’en plains pas, tu es la période de l’année où elle est le plus inspirée.

En fait, c’est un pe toujours l’automne chez moi. Ça sent souvent la canelle, on boit beaucoup de chocolat chaud maison aux épices, on écoute de la musique mélancolique et folk en permanence et il y a souvent un clafouti aux poires dans le four. Ça pourrait très bien être tout le temps l’automne sur le blog aussi, c’est un peu cette ambiance, effectivement. Les feuilles volantes, la tasse d’une boisson chaude dégustée le soir avant de dormir, enroulé-e dans un pled alors qu’un léger vent frais porteur d’une odeur de terre humide s’invite par la fenêtre. Un bon bouquin, une série feel good ou l’ordinateur portable sur les genoux pour pouvoir écrire… Oui, c’est un peu ça, le blog. Des bonnes choses sucrées et épicées, de la chaleur, du réconfort, de la musique douce et parfois, quand le temps se met en rogne, un coup de gueule par-ci par-là.

Allez, je te laisse, cher automne. Tu as des fueilles à faire rougir.

Affectueusement

Laisser un commentaire