L’article d’aujourd’hui est un peu particulier puisqu’il s’agit d’un tag. Sache-le, j’adore les tags, je trouve qu’ils permettent d’aborder des sujets différents de façon assez concise.

Le tag que j’ai choisi de partagé cette fois a été réalisé par Holly du blog Life of a blind girl et Elin du blog My Blurred World, deux des personnes qui m’ont donné envie de lancer mon propre blog sur la cécité. SI tu lis l’anglais, je te conseille de checker leurs articles, ils sont vraiment super.

Grâce à ce tag, on va survolé tout un tas de thématiques liées à la cécité, beaucoup dont je reparlerai dans des articles plus complets. C’est parti.

Beauté et mode

Une photo prise de près du visage de Sasha qui a les yeux maquillés dans les tons de brun, doré et pêche.
Crédits : A Cup Of Autumn / Alis Felixis

1. Quand tu prépares une tenue ranges-tu tes vêtements de façon à ce que cela soit plus facile pour toi de choisir cette tenue seul·e ?

C’est très récent mais oui. J’ai commencé à vraiment prendre conscience de l’importance qu’avait le rangement dans mon autonomie. En ce moment, je vis chez mes parents donc je n’ai pas vraiment de chambre à moi mais j’ai tout de même fait en sorte de classer mes habits par catégories, comme ça je ne cherche pas dans un tas de fringues informe pendant des heures.

2. Quand tu achètes de nouveaux vêtements, le fais-tu seul·e ? En ligne ou en boutique ?

Je n’ai fait du shopping seul·e qu’une fois parce qu’entre se rendre dans les boutiques et demander conseil aux personnes chargées de la vente, ça me prend beaucoup d’énergie. Donc que ce soit en boutique ou en ligne, je le fais toujours accompagné·e d’une personne voyante.

3. Quand tu vas faire du shopping avec tes proches, y a-t-il quelque chose de spécifique que tu leur demandes de faire pour t’aider à choisir un vêtement/un produit qui pourrait te plaire ?

Je leur demande de me décrire les choses. Parfois, j’ai une idée de ce que je veux ou de ce dont j’ai besoin donc je peux les orienter. La personne qui m’accompagne fait une pré-sélection avec les indications que je lui ai donné et ensuite, je touche les vêtements/chaussures/accessoires pour avoir une idée plus précise de la forme, de la matière, etc. En fait, quoi que je veuille acheter, la description d’une personne voyante est essentielle.

4. Est-ce que tu trouves ça difficile de choisir une tenue seul·e ?

Ça arrive. De manière générale, je reconnais mes vêtements au toucher et j’ai un détecteur de couleur pour différencier les pièces que j’ai en plusieurs exemplaires. Ce qui est le plus difficile, c’est d’avoir une idée du rendu général de la tenue. Est-ce que tout est assorti ? Qu’est-ce qui se dégage de cette tenue ?

5. Trouves-tu le shopping en ligne accessible ?

Trèèèèèès rarement. Peu de sites de vente en ligne mettent des descriptions détaillées des vêtements ou chaussures qu’ils proposent. Et c’est sans parler de la non-accessibilité des sites de manière générale. Ce sont souvent des catalogues entiers à charger, ça rame et il y a beaucoup d’informations sur une même page.

6. Est-ce que ton handicap visuel t’empêche de mettre du maquillage ? Et si oui, pourquoi ?

Yep, totalement. Je suis complètement aveugle donc autant dire que si je me maquille, ça ressemble souvent à rien. Mais comme je veux apprendre, je pense que ça sera possible avec beaucouuuup de pratique.

7. Comment organises-tu tes vêtements/tes produits de beauté ?

Euuuuh, organiser ? C’est pas faux. Plus sérieusement, je suis une quiche quand il s’agit d’astuces de rangement, heureusement BAE est là pour m’aider. Pour ce qui est des vêtements, comme je l’ai dit plus haut je les classes par types et par saison. Pour ce qui est des produits de beauté j’ai envie de dire… vive les boîtes ! Je garde seulement les produits que j’utilise le plus et range les autres (du type masques, gommages, etc) dans une réserve. Et j’ai une étagère pour les soins de la peau et du corps et une pour le maquillage.

Les déplacements

Sasha, une personne aux cheveux courts noirs, est assis-e en tailleurs. Iel porte un jean déchiré, un t-shirt noir avec un Porg dessus, une veste en suédine camel et un foulard orange brique. Kate, sa canne blanche, est posée sur ses genoux.
Crédits : A Cup Of Autumn / Alis Felixis

8. Utilises-tu une aide à la mobilité, si oui laquelle ?

Je me sers d’une canne blanche, tout ce qu’il y a de plus basique. J’ai mis des années à vraiment l’utiliser mais maintenant je suis perdu·e si Kate (ma canne actuelle) n’est pas avec moi. Et je suis en train d’entammer les démarches pour obtenir un chien.

9. Préfères-tu utiliser ton aide à la mobilité ou être guidé·e par une personne voyante ?

Les deux en même temps. Quand je connais le trajet, j’utilise ma canne. Le sentiment d’indépendence que j’éprouve dans ces cas-là est très libérateur. Quand je me déplace sur des trajets inconnus, j’utilise ma canne tout en étant guidé·e par une personne voyante.

10. Si tu utilises une canne, te sens-tu embarrassé·e quand tu l’as avec toi ?

Plus trop maintenant mais ça a été le cas pendant des années. Rationnellement, je savais que la canne me permettait à la fois d’être visible pour les autres, qu’iels fassent plus attention à moi et qu’elle me mettait en sécurité. Mais au tout début, ça n’était pas facile ; j’avais l’impression d’avoir un panneau « attention aveugle » et j’avais du mal avec ça. Maintenant, je ne peux plus faire sans.

11. En matière de transport, est-ce que tu prends le bus, le train, etc, seul·e ?

Avec de l’entraînement et beaucoup de repérage, oui c’est possible. J’ai vécu à Poitiers pendant presque dix ans et à la longue, j’ai fini par prendre le bus pour aller à la fac ou au travail. Malheureusement, ça a toujours été très stressant parce que les bus ne sont pas tous équipés des annonces sonores des arrêts, il n’y a pas toujours de places assises du coup devoir me forcer à rester debout dans un machin qui roule, vu la non-existence de mon sens de l’équilibre, me demande beaucoup d’énergie. Et ça peut aussi accentuer mes douleurs au dos et aux jambes. Pour ce qui est du train… malgré ses désavantages, j’utilise le service Accès + de la SNCF seul·e depuis 2007. Et j’ai même pris l’avion tout·e seul·e pour le Canada il y a quelques années. C’était flippant mais cool.

12. Comment te sens-tu à l’idée de voyager seul·e ?

Ça me stresse, la plupart du temps. C’est libérateur une fois que j’y suis mais la probabilité qu’il se passe un truc imprévu est trop grande pour que je puisse voyager sereinement.

L’éducation

Une image représentant une pile de livres et des lunettes sur une table en bois.
Crédits : Freepik.com

Content warning : mention de harcèlement scolaire et de dépression dans cette partie. Si tu n’es pas à l’aise avec ces sujets, tu peux aller directement à la partie « technologies d’assistance »

13. Suis-tu ou as-tu suivi une scolarité en milieu ordinaire ou spécialisée ?

J’ai fait toute ma scolarité en milieu ordinaire, avec des aménagements.

14. Si tu avais eu le choix, quelle scolarité aurais-tu suivie ?

Je suis plutôt content·e d’avoir suivi ma scolarité en milieu ordinaire parce que ça m’a permis d’être confronté·e au monde, si tant est que ça veuille dire quelque chose. Ça n’a pas toujours été une partie de plaisir (TMTC le harcèlement scolaire) mais j’ai pu apprendre à écrire en même temps que j’ai appris le braille et à taper sur une machine à écrire (mais non pas avec un burrin, tss) ce qui m’a permis d’acquérir une parfaite connaissance du clavier AZERTY, autant dire un gain de temps immense quand j’ai été complètement aveugle à l’âge adulte et qu’il m’a fallu réapprendre à utiliser un ordinateur.

Le seul intérêt que j’aurais vu à une scolarisation en milieu spécialisé c’est l’apprentissage de compétences spécifiques comme le braille, la locomotion et la vie quotidienne… Savoir faire ces choses plus tôt m’aurait été fort utile, avant de devenir complètement aveugle alors que j’étais jeune adulte et donc inexpérimenté·e de la vie.

15. De façon générale, ta scolarité en tant que personne déficiente visuelle a-t-elle été positive ou négative ? Comment aurait-elle pu être améliorée ?

C’est assez difficile pour moi de trancher parce qu’en primaire et au collège le harcèlement scolaire a été vraiment omniprésent et a contribué à la dépression qui s’est installée dans les années suivantes. Mais je sais aussi que sans la scolarité en milieu ordinaire, je n’aurais pas pu faire mon bac de rêve (j’ai fait un Bac littéraire en cinéma et audio-visuel). Et oui, malvoyant·e en études d’audio-visuel, j’ai jamais dit que c’était logique.

Pour ce qui est des améliorations… je pense qu’elle sont nombreuses ; plus de moyens pour avoir accès à un·e AVS (Aide de Vie Scolaire). Personnellement j’ai bénéficié de cette aide seulement du CP au CM1 et pendant mon dernier trimestre de terminale (non je déconne pas.) Plus de sensibilisation des équipes éducatives comme des élèves. Parce que le harcèlement scolaire par mes pairs, ok mais certain·e·s de mes profs ont été dur·e·s à convaincre pour mettre les aménagement en place. Certain·e·s me les ont tout bonnement refusé.

16. As-tu poursuivi des études supérieures ? SI oui, comment as-tu vécu cette transition ? Si non, pourquoi ?

J’ai effectivement suivi des études à l’université, jusqu’en master. Je me rappelle mes premières années de fac comme étant très chaotiques. J’ai fait 4 premières années avant de trouver ma voix et c’est autant dû au fait que trop de sujets m’intéressaient, que la dépression due au manque d’accompagnement vis-à-vis du handicap que parce qu’à l’époque (entre 2007 et 2010) les PÔles Handicap des facs se mettaient seulement en place et que les aménagements d’études n’étaient pas ouf.

Par contre, j’ai senti une réelle différence dans la perception de mon handicap par les autres étudiant·e·s. Déjà au lycée, je n’ai presque pas vécu de harcèlement scolaire (je sais que c’est une chance) mais à la fac, les gens voulaient davantage m’aider ou se sensibiliser. Limite j’ai connu plus de moqueries et de remarques à cause du trouble anxieux et de la dépression.

Technologies d’assistance

Photo d'un ordinateur portable et d'un smartphone sur une table.
Background photo created by freepik – www.freepik.com

17. Quelle est ton opinion sur les technologies d’assistance pour les personnes DV/aveugles? Penses-tu qu’elles soient vitales ?

Je dirais un grand OUI. Premièrement parce que je suis un·e nerd de la technologie et que je travaille dans le web donc sans, je ne peux juste rien faire. Et aussi parce qu’à notre époque, avec le web, les mobiles, etc, l’accès à l’information ou à la culture est beaucoup plus simple. L’accessibilité n’est pas totale hein, ne crois-pas que c’est le monde des bisounours. Mais ayant suivi une scolarité de 15 ans sans technologie d’assistance… je peux dire que ma vie a changé quand j’ai découvert les lecteurs d’écran.

18. Utilises-tu des technologies d’assistance ?

Tout le temps ; j’ai un lecteur d’écran (NVDA) sur mon PC et Voiceover (le lecteur intégré dans les produits Apple) sur mon téléphone. C’est la vie les lecteurs d’écran.

19. Sans quelle·s technologie·s d’assistance/applications spécialisées ne pourrais-tu pas vivre ?

Comme je le disais, le lecteur d’écran, qui me permet d’utiliser un ordinateur, une tablette ou un téléphone (presque) comme une personne voyante. Concernant les applications, j’en reparlerai dans un article dédié mais il y a les apps de descriptions d’images comme Taptap See ou Seeing AI, Siri (même si je ne sais pas si on peut dire que c’est une appli) et Voiceover, encore une fois ainsi que Google Maps en GPS piéton.

20. Si tu devais recommander une technologie d’assistance à une personne DV, laquelle ça serait et pourquoi ?

Encore une fois… le lecteur d’écran, quel suspense ! Et pour les braillistes, une plage braille. Parce que c’est trop bien, tu la connecte à ton ordi ou ton téléphone et paf, tu as une retranscription en braille. Et ça tape moins sur le système que les voix des synthèses vocales qui sont parfois horribles.

21. Quelle technologie d’assistance aimerais-tu avoir ?

Un scanner et un logiciel de reconnaissance de caractère qui fonctionnent pour lire les documents papier. Et je n’en ai pas encore trouvé qui soit ne coûtent pas un bras, soit sont efficaces.

Amitiés

Image montrant un éléphant et un lapin qui jouent ensemble
Watercolor vector created by alolieli – www.freepik.com

22. As-tu principalement des ami·e·s voyant·e·s ou aveugles ?

Principalement voyant·e·s. Je n’ai qu’une bonne amie aveugle et sinon, les autres personnes déficientes visuelles dans mon entourage sont plus des connaissances. Et je les ai perdu de vue. Lol aveugle, perdu de vue… bref.

23. Si tu as des ami·e·s DV/aveugles, comment les as-tu rencontré·e·s ?

Ma bonne copine, je l’ai rencontré dans un centre de rééducation base vision en région parisienne il y a une dizaine d’années. On était toustes les deux venu·e·s là pour réapprendre la vie quotidienne et gagner notre autonomie, c’était la seule personne d’environ mon âge et on est devenu·e·s super proches. Pour mes autres connaissances, c’était au lycée ou en milieu associatif.

24. Est-ce que tes pairs voyant·e·s comprennent ton handicap et essaient de t’aider ?

Vu la période que je traverse en ce moment, devant moi-même réapprivoiser mon handicap après un trauma, ça n’est pas simple de leur dire ce dont j’ai besoin. Mais de façon générales, mes meilleures amies le comprennent parfaitement, même si parfois elles oublient que je suis aveugle, tss. Et il n’y a que peu d’amies proches qui ont le droit de faire de l’humour occulaire avec moi, et elles savent s’arrêter quand c’est trop et me demandent souvent si ça me convient toujours.

25. Y a-t-il quelque chose que tu aimerais que tes ami·e·s voyant·e·s comprennent au sujet de ton handicap ?

En dehors de leurs petits oublis (genre non, No’ les jouets de tes enfants sur le sol ça n’est pas accessibles :p), tout se passe bien et elles sont très à l’écoute. Juste parfois, please, j’aimerais bien qu’elles se souviennent que je ne vois pas les images. Et que dans nos conversations de groupe, il faut mettre des descriptions si elles veulent que je suivent. JDCJDR mais je vous aime les meufs.


Et voilà, ce (long) tag est terminé. J’espère qu’il t’auras appris des choses. Si tu as des questions, les commentaires sont là pour ça et n’oublie pas que j’approfondirai tous ces sujets dans le futur. Si toi-même tu es déficient·e visuel·le/aveugle ou même que tu as un autre handicap et que tu veux adapter ce tag, n’hésite pas, ça serait cool de voir des réponses d’autres personnes.

Tag – La vie quotidienne avec un handicap visuel

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *