Rogue One – le premier spin-off de Star Wars

Une fois n’est pas coutume, c’est aujourd’hui de cinéma dont je vais vous parler. Ça ne sera pas souvent le cas, car j’avoue qu’en dehors des films impliquant mes acteurs/trices préféré·e·s ou les films de la saga Star Wars, les dessins animés Disney et les nouveaux opus du Marvel Cinematic Universe il est rare que je me rende dans les salles obscures.

C’est donc une critique d’un film Star Wars que je vous propose aujourd’hui, un peu tardive certes, mais j’avais envie de vous parler de Rogue One. Je l’évoquerai assurément dans l’avenir lorsque je parlerai de la saga mais voici mon avis sur le premier spin-off de nos trilogies favorites.

Affiche du film Rogue One A Star Wars Story
Crédit : Lucasfilm/Disney

>Résumé :Situé entre les épisodes III et IV de la saga Star Wars, le film nous entraîne aux côtés d’individus ordinaires qui, pour rester fidèles à leurs valeurs, vont tenter l’impossible au péril de leur vie. Ils n’avaient pas prévu de devenir des héros, mais dans une époque de plus en plus sombre, ils vont devoir dérober les plans de l’Étoile de la Mort, l’arme de destruction ultime de l’Empire.

J’ai vraiment beaucoup aimé Rogue One, comme ça c’est dit. J’ai trouvé le début un petit peu long à démarrer, mais il est intéressant de voir les différents protagonistes dans leur situation initiale avant qu’iels se rencontrent. J’ai tout particulièrement apprécié le passage où l’on voit Jyn enfant, avec ses parents.

J’ai trouvé que le sénario se tenait, qu’il y avait autant d’action que de moments plus calmes et d’humour. Le personnage de Jyn, comme vous vous en doutez si vous avez en tête mon amour des personnages féminins, m’a tout spécialement plu. J’aimerais bien voir son passé en roman d’ailleurs ! Je sais qu’un bout du nouvel univers étendu raconte le tout début de sa vie mais ensuite… Ce que j’ai notamment apprécié chez Jyn, en dehors de son indépendance et de sa force de caractère, c’est le fait que son engagement vis-à-vis de la rébellion peut nous toucher. En cela, j’entends que dans la Trilogie Originale, on sent que les convictions des rebel·le·s sont très souvent idéologiques et politiques ; elles restent nobles mais un peu abstraites. L’engagement de Jyn est personnel, elle le fait au nom du souvenir de son père, que le sacrifice de ce dernier n’est pas été en vain. Bien sûr, elle ne dirait sûrement pas non pour que l’Empire soit renversé, mais on peut s’identifier avec ses motivations, plus qu’avec Cassian par exemple.

Pour ce qui est des autres personnages, j’ai beaucoup apprécié K2SO, même s’il ressemble à C3PO par certain côté, mais c’est un très bon comic relief. j’ai trouvé le personnage de Cassian un peu fade par contre… peut-être une impression personnelle mais je n’ai pas trop réussi à m’attacher à lui jusqu’à la fin du film. Chirrut Îmwe m’a aussi beaucoup plu. j’ai adoré sa réplique « Une cagoule, sérieusement ? Mais je suis aveugle ! » l’amie avec qui j’étais m’a fait remarqué que j’aurais tellement pu sortir cette réplique. Et elle a raison… Chirrut est un peu le quotient sensible à la Force de l’équipe Rogue One et donc nous rappelle un peu que oui, les Jedi ont existé un jour. Mais ce qui est justement original avec Rogue One, c’est justement le fait que le film ne se concentre pas sur des personnages sensibles à la Force mais à des vrais gens, qui, en dehors du contexte galactique qui nous est totalement étrangers, peuvent nous ressembler par certains aspects.

Sinon, en vrac, Krenic est un vrai méchant je le déteste, Dark Vador est toujours aussi classe, la CGI pour Tarquin… il joue bien son rôle on va dire ! Et j’ai pleuré après le cameo de Carrie Fisher, enfin de sa version numérique. C’était seulement quelques jours après sa disparition et ça m’a achevé… De toute façon, autant être honnête avec vous, j’ai pleuré pendant les dix dernières minutes. J’ai trouvé la fin très belle, pas forcément triste mais elle est vraiment bien retranscrite à l’écran et à travers le jeu des acteurs/trices. Et même si j’ai la larme facile devant un film, je suis ressortie du cinéma avec le cœur gros, et aussi étrange que ça puisse paraître, ça m’a fait du bien.

Pour parler des points faibles de Rogue One, je trouve que l’on n’a pas vraiment le temps de voir les liens se tisser entre les membres de l’équipe. Je pense qu’iels auraient fait une super cellule de la rébellion à elleux tous·tes seul·e·s ! Et la fin du film… Bon, voilà, quoi !

Le film est pour moi une réussite, surtout que c’est le premier spin off des trilogies originales que l’on voit sur grand écran. Et ça fait du bien de voir les coulisses derrière les actes héroïques de Luke dans l’épisode IV, de voir des personnages inconnus qui ont leur importance.

Laisser un commentaire