Un coup de foudre musical : Terra Naomi

L’idée de cet article sur Terra Naomi m’est venu il y a quelques jours car hier, 1er Février, elle a donné un concert au Sentier des Halles à Paris. je n’ai pas pu y assister mais j’ai tout de même voulu lui consacré un petit article.

C’est une histoire musicale un peu vieille que je dépoussière. Terra Naomi est la première artiste que j’ai découvert grâce à Internet, il y a près de cinq ans maintenant, comme quoi le temps passe vite. C’est une chanteuse pop-rock/alternatif américaine qui a été révélée grâce à Youtube et à la diffusion de sa vidéo Say it’s possible. C’est l’une des premières artistes qui a émergée grâce à Youtube et elle a même reçu le premier Youtube Video Award pour la meilleure vidéo musicale début 2007.

Le premier de ses albums que j’ai entendu était Virtually, et elle a ensuite sorti Under the Influence sous le label Island qu’elle a quitté en 2008. Cet album comptait bien évidemment Say it’s Possible mais aussi d’autres chansons comme Jenny, Something Good To Show You et The Vicodin Song. En Juin 2011, elle a sorti To know i’m okay, qui conserve ce même style pop-rock teinté de piano et de guitare.

Maintenant, pourquoi est-ce que j’aime autant Terra Naomi ? Grâce à sa voix, tout d’abord, la première chose qui m’a marqué lors de mon écoute de Say It’s Possible. » Les premiers morceaux que j’ai entendu étaient seulement composés de la voix de Terra et de sa guitare ou son piano et avec seulement ces deux éléments, elle réussit à faire passer des émotions intenses, avec des morceaux tels que « Goodbye Letters » ou « Close to Your Head ». Ses paroles font également passer beaucoup de choses et les versions lives de ses chansons que j’ai pu entendre laissent entrevoir des concerts intimistes mais qui doivent être riches en émotions malgré tout. Comme quoi, la simplicité et l’authenticité donnent parfois des chansons de qualité, sans une couche superflue d’arrangements. je n’ai pas pu aller la voir à Paris mais j’espère que l’occasion se représentera dans le futur, j’ai attendu cinq ans alors…

Laisser un commentaire