Throwback Thursday Livresque #2

Couverture de Wynde de Tricia Barr

Nous sommes jeudi et c’est l’heure du deuxième Throwback Thursday Livresque sur le blog ! Pour tout savoir sur ce concept, je vous invite à aller (re)lire ma première participation à ce rendez-vous bloguesque et également à parcourir la page dédiée sur le blog de BettieRose Books, qui est à l’origine de ce concept.

Lorsque j’ai vu le thème de cette semaine, il m’a tout de suite inspirée. Si vous commencez à me connaître, cela ne vous étonnera pas du tout, alors pour mettre fin au suspens (si suspens il y avait à la base mais c’est un autre débat) voici mon TBTL n°2 !

Le thème du 18 janvier 2018

Le sujet du TBTL de cette semaine porte sur la meilleure héroïne. Et là, vous comprenez pourquoi ça m’inspire ! Comme j’en parlais notamment dans mon premier article sur Star Wars, les personnages féminins ont une grande importance pour moi dans les romans, et certaines d’entre elles ont eu une grande influence sur la personne que je suis.

Je n’ai pas réfléchi longtemps pour choisir le livre dont j’allais vous parler aujourd’hui. Bien sûr, plusieurs nom d’héroïnes me sont venues en tête, et si Elizabeth Bennet d’Orgueil et Préjugés (entre autres) aura toujours une place de premier choix dans mon cœur, l’œuvre que j’ai choisie aujourd’hui s’inscrit dans un registre tout à fait différent. Il s’agit de science-fiction, d’un space opera pour être précis, qui n’a rien à envier à Star Wars, d’ailleurs.

Mon choix

Le livre dont il est question aujourd’hui, Wynde de Tricia Barr est paru début 2014. Il s’agit du premier tome d’une série intitulée The Fireheart Serie une aventure épique de près de 800 pages, qui nous emmène dans un univers totalement née de l’imagination de son autrice. Le seul bémol étant que, pour l’instant, cette petite merveille n’est disponible qu’en anglais…

L’histoire

Une manœuvre de vol audacieuse a valu à l’équipe de Vespa le titre de championne aérienne durant sa première année à l’Académie de Kedu. Deux ans plus tard, Certains disent que, comme son père, son choix était inconscient et irréfléchi.
Alors qu’elle fête l’obtention de son diplôme, Vespa se réveille au milieu d’une attaque alien terroriste sur la Lune de Kavil. Avec toute la flotte humaine bloquée au port par leur propre vaisseau de guerre endommagé, sa destruction semble certaine, jusqu’à ce que Vespa prenne pour cible le vaisseau condamné. Elle a l’intention de récupérer WISPER —une intelligence artificielle assistant au pilotage qu’elle a créée — mais son protocole de sécurité, développé par le père de Vespa, l’éjecte du cockpit avant qu’elle puisse procéder au retrait de l’IA. Tandis que sa décision impulsive contribue à repousser l’assaut Orkan et sauve de nombreuses vies, la destruction de WISPER entâche la relation qu’elle avait jusque-là avec son père.
Vespa doit faire face aux conséquences de ses actes pendant que le gouvernement de sa planète d’origine, Prime, lutte pour comprendre les implications de l’attentat. Les relations avec leur partenaire commercial de longue date sont d’autant plus mises à l’épreuve par l’arrivée d’un contingent militaire du Protectorat, des colons humains qui ont quitté Prime plusieurs siècles auparavant. Ce contingent amène avec lui une perspective bien différente sur les intentions des Orkans.
Alors que la probabilité d’une guerre se profile de plus en plus, Vespa s’enrôle dans une unité d’élite de l’armée comptant sur l’expertise du Protectorat pour former des pilotes spaciaux. Mais elle ne peut vaincre l’envahisseur seule, la victoire nécessitera un travail d’équipe. Avec Vespa qui ignore à qui elle peut faire confiance, les vies de sa famille et de ses amis en jeu, elle doit distinguer ses alliés de ses ennemis et reconstruire sa relation avec son père avant qu’il soit trop tard. Lorsque les Orkans lancent une attaque encore plus dangereuse pour conquérir la Lune de Kavil, un choix décisif semble inévitable.
Wynde mélange thèmes contemporains, military science fiction et romance dans une saga renversante qui ravira un large public qui a apprécié l’univers fantastique d’Harry Potter, The Hunger Games et Star Wars. La diversité de ses personnages, comprenant des protagonistes féminins forts, défiera les attentes du lecteur, tout en l’emportant dans une expérience riche, émouvante et épique. Résumé en version originale

Pourquoi ce choix ?

Couverture de Wynde de Tricia Barr

Le but ici n’est pas vraiment de vous donner mon avis sur le livre. Je compte en effet (re)publier ma critique de Wynde très bientôt sur le blog. Aujourd’hui je souhaite vous parler, comme le thème du TBTL de cette semaine le précise, de l’héroïne de ce roman : Vespa Wynde.

Si d’autres personnages féminins forts sont présents dans le roman de Tricia barr (dont Gemini Reed, cœur avec les doigts), c’est de Vespa Wynde dont il est question. La première chose que j’ai aimé chez Vespa, c’est le fait qu’elle soit une pilote un peu (voire carrément) intrépide, avec un sale caractère et de fortes convictions. Il faut savoir que j’ai une passion pour les personnages pilotes (dans l’UE de Star Wars je vénère Jaina Solo, Corin Horn et d’autres soooo) mais qu’il est rare que ce rôle soit détenu par des femmes.

L’histoire de Wynde, en dehors de raconter le conflit galactique qui gronde pour le peuple de Prime, retrace le voyage de Vespa en tant qu’héroïne. L’autrice, Tricia Barr, a longtemps étudié la question du voyage initiatique du héros (théorie développée par le narratologue Joseph Campbell) appliquée aux héroïnes, sur le modèle de Maureen Murdock. C’est l’un des éléments sur lesquels elle s’est appuyée pour construire l’évolution de Vespa, étape après étape, comme un parcours qu’elle doit endurer afin de grandir et d’entamer son propre chemin. Cela est très fort lorsqu’on se penche sur la relation de Vespa avec son père ; un père qu’elle adule, qu’elle aime et à qui elle est très liée… jusqu’au moment où il lui inflige la blessure, la trahison de trop. Dès lors, Vespa est perdue et doit trouver seule sa voie.

Il y a eu des moments où j’ai eu envie de la secouer, tellement c’est une tête de mûle. Elle veut tellement tout faire toute seule, sans compter sur les autres, même ses ami·e·s qui veulent pourtant la soutenir, que s’en est frustrant. Pourtant, on comprend au fur et à mesure que c’est un voyage qu’elle doit effectivement entreprendre seule. Au fil des pages et des péripéties, on apprend à connaître Vespa, ses forces, ses faiblesses, ses défauts et qualités, tout ça s’équilibrant finalement parfaitement. Et je pense que c’est à cela que l’on reconnait un bon personnage ; lorsqu’iel n’a pas que des qualités, ou lorsque ses défauts n’en font pas une personne antipathique. Vespa est une sorte d’équilibre entre l’anti-héros se rebellant contre l’autorité et l’héroïne noble, sur les traces du Général Leia Organa par exemple.

Enfin, Vespa est pour moi l’une des meilleures représentations d’un personnage féminin que j’ai pu lire dans la science-fiction ses dernières années. Premier point positif, elle est écrite par une femme, et croyez-moi, ça peut vraiment faire la différence. Si au commencement de l’histoire, elle se définit encore beaucoup à travers son père, Daemyn Wynde, dont elle est proche, elle finit par s’affranchir des présences masculines dans sa vie, qu’il s’agisse de ce père surprotecteur, de ce frère aîné disparu, de l’autre, qui tente de maintenir la famille comme il peut, ou même de son meilleur ami. Et même lorsque la romance s’invite dans la vie de Vespa, elle ne devient pas « l’intéret romantique de… » (comme elle a pu être « la fille de… ») mais se pose sur un pied d’égalité avec ses nouveaux partenaires (que ce soit dans l’armée ou à un niveau personnel.)
Et ce dernier point est l’une des grandes forces de Vespa, car même des héroïnes mythiques comme Leia déjà mentionnée, continuent à se définir par les hommes qui les entourent. Même si la nouvelle trilogie tend à changer cela, mais c’est une autre histoire…

Conclusion

Pour conclure ce Throwback Thursday Livresque, je dirais que Vespa Wynde est le genre de représentations féminines que j’aimerais davantage trouver dans la littérature. Dans la science-fiction et la fantasy, bien sûr, mais dans tout autre genre, finalement. J’espère que ce deuxième TBTL vous a plu et on se retrouve bientôt pour un prochain rendez-vous.


Quelle est la meilleure héroïne de roman selon vous ? Qui a votre préférence ? Dîtes-moi tout dans les commentaires !

Laisser un commentaire