Throwback Thursday Livresque #3

Nous sommes jeudi et c’est l’heure du troisième Throwback Thursday Livresque sur le blog ! Pour tout savoir sur ce concept, je vous invite à aller (re)lire ma première participation à ce rendez-vous bloguesque et également à parcourir la page dédiée sur le blog de BettieRose Books, qui est à l’origine de ce concept.

J’avoue avoir longtemps hésité sur le livre dont j’allais vous parler cette semaine (d’où le fait que cet article paraît un peu plus tard que d’habitude) car j’avais déjà parlé du livre que j’aurais associé au thème de cette semaine dans le tout premier TBTL que j’avais posté. Du coup, je me suis replongée dans la liste de mes lectures sur Goodreads pour retrouver un livre adéquat et me voilà !

Le thème du 25 janvier 2018 : hot chocolate & marshmallow

Dès que j’ai vu l’intitulé du thème de cette semaine, j’ai pensé à un livre doudou, un livre réconfortant qui met de la chaleur dans mon petit cœur. Le second titre qui m’est venu après Fangirl était Le Cercle littéraire des amatteurs d’épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows, mais j’ai déjà prévu de lui dédier une chronique dans quelques temps, alors j’ai choisi un autre livr.

Allez, fin du suspens !

Mon choix

J’en imagine certain·e·s lever les yeux au ciel lorsqu’iels verront l’autrice que j’ai choisi pour cette semaine. Parce que je vous en ai déjà parlé plusieurs fois (genre ici, ici et même ). Et je vais vous en reparler bientôt, car je suis en plein dans la lecture de son dernier roman, même si j’alterne avec d’autres livres pour faire durer le plaisir mais bref.

Mon choix

Celui des romans de Marie Vareille que j’ai choisi, c’est Je peux très bien me passer de toi. Car même si j’avais beaucoup aimé Ma vie, mon ex et autres calamités et savouré Là où tu iras j’irai, le livre sur lequel mon choix c’est porté reste, en dehors de la série d’Elia, mon préféré de Marie Vareille.

Je vous explique pourquoi, mais d’abord, un petit résumé.

L’histoir

Chloé, 28 ans et Parisienne jusqu’au bout des ongles, enchaîne les histoires d’amour catastrophiques. Un jour, elle conclut un pacte avec son amie Constance. Chloé devra s’exiler en pleine campagne avec l’interdiction d’approcher un homme et réaliser son rêve de toujours : écrire un roman. Constance, incorrigible romantique, s’engagera à coucher le premier soir avec un parfait inconnu.
De Paris aux vignobles du Bordelais en passant par Londres, cet étrange pari entraînera les deux amies bien plus loin que prévu… Réussiront-elles à tenir leur engagement ?

Un roman doudou

J’ai déjà relu Je peux très bien me passer de toi depuis sa sortie et à chaque fois, c’est un moment doudou. C’est pour moi la parfaite représentation de ce qu’est une bonne comédie romantique. Je suis très attachée aux deux héroïnes, Chloé et Constance, dans lesquelles je me reconnais, dans chacune à leur manière ; le côté très parisien de Chloé, son projet d’écrire un roman qu’elle n’a jamais vraiment concrétiser. Quant à Constance, sa part romantique, fan de Jane Austen et de Londres font échos en moi, puisque malgré mon penchant plus que prononcé pour la SF, la fantasy et les histoires glauques, je reste amoureuse de cette littérature britannique, de cette retenue romantique de l’ère Géorgienne. Même si je n’aimerais pas vivre à l’époque d’Orgueil et Préjugés, vu la place qu’ont les femmes dans cette société… puis vivre sans le wifi, la cafetière et l’eau courante, ça serait vraiment trop dur. Re-bref.

Je peux très bien me passé de toi est drôle, plein de rebondissements, de sentiments contradictoires et de personnages attachants (j’ai eu un petit coup de cœur pour Mamie Rose personnellement). Il est digne des plus grands classiques de la comédie romantique au cinéma. Je ne peux que vous le conseiller si vous aimez ce genre d’histoire et que vous cherchez à passer un agréable moment, réconfortant comme un chocolat chaud au chamallow 😉


Nous voilà à la fin de ce Throwback Thursday Livresque je vous retrouve demain pour un article sur les fandoms 😉

Laisser un commentaire