Ma vie, mon ex et autres calamités, de Marie Vareille

originalement publié sur Madly Girly Geekly

Lorsqu’on m’a offert ce livre pour mon anniversaire en Mai dernier (Holly, I’m looking at you), cela faisait des années — et ça n’est même pas exagéré — que je n’avais pas lu de la chick-lit. En dehors d’un coup de déprime ou une envie de changement, il est rare que je m’y adonne.

Mais voilà, on m’avait tellement parlé du livre de Marie Vareille que je n’ai pas pu passer à côté. Et aussi, je l’avoue, j’avais bien envie de relire une histoire pleine d’humour, de romance frustrée mais mignonne à la fin et de loose du quotidien. Parce qu’il faut avouer que souvent, les héroïnes de chick-lit on vraiment, vraiment la poisse. Let’s go avec Ma vie, mon ex et autres calamités de Marie Vareille !

Résumé

Couverture du roman Ma Vie, Mon Ex et autres Calamités de Marie Vareille

Juliette a un amoureux, un job, un appartement et trente-et-une paires de chaussures. Mais toutes les bonnes choses ont une fin : du jour au lendemain elle se retrouve célibataire, chômeuse et sans logement ! Elle déprime pendant des jours devant Gossip Girl en engloutissant des kilos de Chococookies. Jusqu’a ce qu’une serie de quiproquos rocambolesques la contraigne a affronter sa plus grande terreur, l’avion, et a s’envoler pour les Maldives a la poursuite de son ex et de sa mystérieuse nouvelle copine. Evidemment, la non plus, les choses ne tournent pas comme elle l’avait imagine. Elle rencontre notamment un jeune homme, certes très beau, mais aussi très désagréable. Une comédie romantique pétillante et drôle avec une délicieuse french touch

Source : FNAC.com

De la rom com bien de chez nous

Pour commencer avec le général pour aller vers le spécifique, mon impression d’ensemble est bonne, vraiment. Il y a tous les ingrédients pour une bonne comédie romantique : l’héroïne avec un karma un peu pourri mais qui finit avec le prince charmant des temps moderne, ce fameux prince charmant – qui est pour le coup l’est vraiment, charmant – les meilleures amies là en toutes circonstances, l’ex petit ami, la nouvelle copine que l’on jalouse, la belle-mère envahissante… bref, tout y est.

L’élément que j’ai beaucoup aimé dans ce livre, c’est la bouffée d’oxygène qu’il m’a apporté entre la lecture d’essai et de travaux de recherches pour le mémoire et une nouvelle dystopie ou un nouveau thriller. Oui, mes lectures sont joyeuses, n’est-il pas ? Re-bref. Le roman de Marie Vareille m’a totalement changé les idées, de par sa légèreté bien sûr, mais aussi par le fait qu’il nous fait voyager jusqu’aux Maldives. Un endroit où on ira probablement jamais (en plus je préfère les pays froids) mais qui donne tout de même envie. J’étais avec Juliette sur cette petite plage et cette chaise longue à boire ces délicieux cocktails.

Parlons d’elle, justement. Je me suis très vite attaché à Juliette, dont la vie bascule du jour au lendemain, plus de mec, plus de job, plus d’appartement. La grosse série de loose quoi. Elle est rigolote, délicieusement naïve et pleine de ressources. Je n’ai pas eu le degré d’identification avec elle que j’aurais pu avoir par le passé. Il y a quelques années, elle était typiquement le genre d’héroïne que j’aurais adoré pour me reconnaître en elle. Ça n’est plus le cas aujourd’hui mais ça n’est pas pour ça que je ne l’aime pas. Au contraire, comme je le disais, elle est attachante et c’est pour ça qu’elle fait une héroïne dont on aime vivre les aventures. Bon, il y a des moments où j’ai eu envie de la secouer, notamment par apport à son ex. mais elle est touchante dans son acharnement amoureux.

Son futur amoureux lui aussi est vraiment charmant. Leur rencontre est assez drôle et cette façon dont il entre dans son jeu lorsqu’elle se retrouve face à face avec son ex et sa nouvelle copine… Puis leur relation qui évolue, sa propre histoire d’amour à lui qui n’est pas très joyeuse. Je l’ai trouvé attachant lui aussi et j’avoue avoir eu la visite de papillons stomacaux lors de quelques scènes. Et la fin, la fin du roman est vraiment trop mignonne !

La galerie de personnages secondaires est aussi très sympathique. J’adore la meilleure amie italienne de Juliette, elle est à mourir de rire ! Et j’ai eu envie de rendre visite à sa mère dans sa boutique de produits gastronomiques italiens… les origines qui parlent, sûrement. J’aime aussi l’idée de Juliette qui ouvre un blog de cuisine un peu plus tard et tout ce qui s’en suit. Ca nous montre qu’elle sait aussi se prendre en main et c’est un sentiment agréable.

Le mot de la fin

Ma vie, mon ex et autres calamités reprend tous les codes de la chick lit.J’ai aimé pouvoir reparcourir quelques endroits de Paris en compagnie de Juliette. C’est une bouffée d’air drôle, rafraichissante et romantique ce qu’il faut. A lire absolument. Maintenant, je n’ai plus qu’à me procurer le second roman de Marie Vareille, Je peux très bien me passer de toi, qui me fait de l’oeil depuis quelques semaines.

Laisser un commentaire